Menu Fermer

4 erreurs qui sabotent le désencombrement

C’est décidé : tu vas faire le vide dans tes possessions.

Avant d’en arriver là, il y a peut-être eu des discussions houleuses avec conjoint-e / enfant / colocataire.

Ou encore, une lassitude qui s’est installée progressivement, puis un seuil franchi qui t’a fait dire que cette fois, c’est trop, il fallait sévir.

Armé-e de sacs poubelles, tu veux en finir vite. Et bien.

Sache que je suis de tout cœur avec toi et que mes vœux de réussite t’accompagnent !

La mission est à ta portée.

Alors ne sabote pas tes efforts, et évite ces 4 erreurs courantes qui attendent les guerrièr-e-s du tri.

4 erreurs qui sabotent le désencombrement

Erreur n°1 : vouloir tout trier en une fois

Si tu es super motivé-e à trier, tu as peut-être l’impression que tu pourras tout faire le même jour. Mais en croyant ça, la désillusion risque de faire un peu mal.

Car des objets qui se sont accumulés sur plusieurs années ne pourront pas être triés en un week-end, sauf équipé-e d’une pelleteuse (et alors on ne parle plus de tri mais de gros œuvre !)

Trier avec efficacité va solliciter ta concentration, au début.

Le parcours du désencombrement est tout aussi libérateur qu’émotionnellement engageant. Si tu forces au-delà de tes propres capacités de concentration, tu seras submergé-e et ne trieras plus rien. Le découragement t’attend au tournant.

Pour éviter ça ?

Prévois d’y consacrer plusieurs plages horaires.

Trie sur de petites plages à l’aide d’un minuteur (réglé sur 30 minutes par exemple), et fais des pauses.

Mieux vaut être efficace pendant 30 minutes et garder une motivation fraîche pour y revenir plus tard, que de se noyer et de ne plus avoir envie de s’y remettre.

LIVRET OFFERT : les 3 changements à enclencher pour réussir à désencombrer.
C’est gratuit.
Pour le recevoir, c’est par ici.

Erreur n°2 : acheter les contenants et les meubles de rangement avant de commencer

C’est tentant n’est-ce pas ?

Pour se motiver, on commence par un petit tour dans notre magasin suédois ou japonais préféré, et on achète de belles boîtes, une belle étagère.

Oui sauf que : si tu achètes les contenants avant de faire le vide, ils vont répondre au besoin de rangement de ce que tu possèdes maintenant.

Or, ton but, c’est de te débarrasser du superflu, pas de le classer pour le moment.

Et je te garantis que tu seras étonné-e du volume de livres, papiers et autres objets qui sortiront de chez toi (les personnes que j’ai accompagnées ont éliminé environ 2 tiers de leurs affaires). C’est autant de place qui se fera sur les étagères.

En réalité, tu vas plutôt te retrouver avec de vieux contenants ou boîtes d’archives vides et bons à réutiliser ou à jeter. Et tes boîtes toutes neuves ne seront peut-être pas adaptées à tes nouveaux besoins.

Donc : fais le tri d’abord. Puis seulement, achète des boîtes qui correspondent pile poile au nouveau volume de tes possessions.

Acheter les rangements avant de commencer à trier ? Pourquoi c'est une erreur. Et quoi faire à la place.

Erreur n°3 : s’éparpiller

S’éparpiller, c’est entreprendre plusieurs chantiers à la fois.

Pourquoi c’est un piège dans beaucoup de domaines, et en particulier en matière de tri ?

Parce que changer de tâche (et ici de secteur dans ton appart ou ta maison) fatigue le cerveau, qui a besoin de temps quand il est interrompu, pour retrouver le niveau de concentration suffisant pour aborder un chantier exigeant.

La journée va s’achever, et tu auras à la fois répandu le contenu de ta penderie sur le lit, étalé ta bibliothèque sur le sol du salon, vidé les coffres à jouets des enfants, commencé à remplir des poubelles, des cartons à emporter à une asso.

Et bientôt tu ne sais plus où est ce que tu donnes, ce que tu gardes.

Tu ne peux plus mettre un pied devant l’autre.

Tu avais tellement espéré en finir aujourd’hui ! Et non seulement ce n’est pas fini, mais en plus, c’est pire qu’avant de commencer. Et tu n’as plus une once d’énergie pour remettre un semblant d’ordre là-dedans.

Aïe aïe aïe.

Épargne-toi ce scénario, et balise un petit coin pour commencer. Ou une catégorie.

Par exemple, ne trie que tes pantalons. Puis replie et range ceux que tu gardes et quand tu es satisfait-e du résultat, alors passe aux vestes et manteaux.

Procéder ainsi sera beaucoup plus gratifiant. Tes premiers résultats t’encourageront à poursuivre, pour goûter progressivement à tous les bénéfices du tri.

Et, avantage non négligeable, il sera bien plus agréable de vivre au quotidien chez toi le temps que dure ton désencombrement.

Erreur n°4 : remettre la décision à plus tard

Trier confronte parfois à des questions pénibles. Des questions qu’on préférerait ne pas se poser parce qu’elles éveillent des émotions pénibles : comme la culpabilité (d’avoir acheté quelque chose cher et de ne pas s’en servir) la peur de manquer dans le futur, etc.

Pour ne pas ressentir l’inconfort de ces questions, on peut se trouver des excuses et ne pas jeter du tout (j’en parle dans cet article).

Ou alors, on peut remettre la décision à plus tard.

Tu as peur de regretter, dans quelques mois, de t’être séparé-e de cette doudoune un peu élimée qui te tenait si chaud ? Tu ne supportes pas la peine de laisser partir un objet qui te rappelle quelqu’un qui a compté ? Hop : dans la pile « décider plus tard ».

Cette attitude ralentit ton désencombrement, et que tu seras de nouveau face à l’émotion et à la décision inconfortable plus tard.

Le danger est aussi, si tu as recours à cela trop souvent, de finir avec une pile « décider plus tard » presque aussi grosse que celle que tu jettes ou donnes !

Plusieurs pistes pour remédier à cela. Choisis celle qui te parle le plus en fonction des circonstances :

  • Prendre un engagement avec toi-même. Quand tu attrapes un objet, tu t’engages par avance à ne pas le reposer avant d’avoir tranché sur à garder, ou à jeter. Et tu acceptes de traverser les émotions qui y sont liées.
  • Créer effectivement un tas « à décider », mais qui obéit à certaines conditions.
    Par exemple : tu fixes une date limite raisonnable à laquelle tu auras tranché (ni demain, ni dans un an). Tu colles un papier sur le sac avec la date dessus + tu notes l’échéance dans ton agenda. Fixe-toi un temps à part pour trier ce tas à tête reposée. Limite également la taille de ce tas à 5 ou 10 objets afin qu’il ne devienne pas un fourre-tout.

La prise de décision est une des compétences que l’on muscle le plus lorsqu’on fait le vide dans ses possessions. Vois-la comme un cadeau qui te rendra bien des services dans tous les domaines de ta vie.

Et voilà ! En évitant ces quatre erreurs, tu mets toutes les chances de ton côté pour bien démarrer ton désencombrement.

LIVRET OFFERT : les 3 changements à enclencher pour réussir à désencombrer.
C’est gratuit.
Pour le recevoir, c’est par ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.